Blue Flower

  • D’abord compter les véhicules et mesurer leur vitesse sur plusieurs mois (avant et après la période estivale).
  • S’informer sur les solutions adoptées par d’autres sites touristiques dans le même contexte ou en établissant des arrêtés municipaux les mieux adaptés aux lieux.
  • Installer des chicanes utilisant des zones de stationnement alternées des deux côtés d'une voie à sens unique ou non (particulièrement efficace sur la vitesse et sur la fréquentation)
  • Garer en quinconces nos propres véhicules avec malheureusement une majoration du risque d’accident…
  • Interpeller les conducteurs de véhicules de collection ou de motos, savoir à quel club ils appartiennent et leur adresser un mail indiquant que nous partageons avec eux la joie de nous retrouver ensemble sur ce site...

 

  • Instaurer une vitesse maximale de 30 km/h et mettre en place des ralentisseurs à type de coussins berlinois ou de dos-d’âne, mais ils sont en général source de pollution sonore.
  • Ne pas réaliser de travaux d’infrastructures routières au-delà de l’usage local nécessaire (ne pas transformer la D669 E1 en autoroute, ni les bas-côtés en piste cyclable…)
  • Ne pas transformer progressivement l'aspect de cette petite route en imposant des élagages sur une végétation qui en fait sa beauté.

 

  • Reconnaître que le passage de plus en plus fréquent des poids-lourds de tonnage important dégrade progressivement la chaussée et son sous-sol particulièrement fragile ce qui explique probablement l'absence de réseau d'assainissement collectif sur toute cette zone.
  • Prendre contact avec les sociétés de bus, les camions-écoles, les auto-écoles, les motos-écoles que cette route ne peut servir de circuit pour l’apprentissage sans occasionner un danger plus important pour eux et pour les riverains que s’ils passaient par la route principale.

 

  • Les trajets des autocars de tourisme devraient être modifiés en privilégiant des zones de stationnement où les passagers pourront descendre et profiter du site en se déplaçant à pied ou à vélo électriques, les véhicules les récupérant à l’autre extrémité (Roque de Thau-> Rigalet->La Reuille-Bourg).

 

  • Appliquer la Loi n°85-729 du 18 juillet 1985 modifiée par la loi du 2 février 1995 (Loi Barnier)
  • Favoriser les échanges avec les touristes, les rentabiliser en facilitant même brièvement, leur séjour, gites, ventes de produits régionaux, restauration, démonstration de pêche au carrelet, visite de troglodytes, chantier naval, etc…

 

Si c’est beau, alors il faut s’arrêter, regarder et partager.